Rezension: Mark Haskell Smith: „Défoncé“

Parmi les mythes éternels de l’Humanité, il y a la recherche du Graal, et „Défoncé,“ malgré son titre, raconte l’histoire de cette quête à travers les péripéties de Miro Basinas, un Américain ordinaire qui, comme tous les Américains ordinaires, a un rêve.

Rezension: Stéphane Haument: „Le Jugement dernier …“

Dans les années 2040 les choses n’ont pas trop changé. Les rivalités entre États continuent et l’Onu s’est effondrée, remplacée par une Assemblée de Gouvernance Globale. Qui est le représentant des États-Unis à cette organisation?

Recherche: , , ähnliche Beiträge

Rezensionen: Falcone, Ryan, Thirion, Cosson

Serge Perraud a lu „L’Aube noire“ de Mario Falcone, Laurent Greusard critique „Film noir à Odessa“ de William Ryan, Laura Durand a lu „Lac noir“ de Jan Thirion et Michel Amelin discute „Les Nouvelles affaires criminelles de l’Aveyron“.

Rezension: Ingrid Desjours: „Sa vie dans les yeux d’une poupée“

Dès les premières pages du roman d’Ingrid Desjours, la vie de deux personnages déjà chamboulée va s’en trouver encore plus transformée. Il déroule des trajectoires de vie différentes, de leur rencontre fortuite à leurs retrouvailles sanglantes.

Recherche: , , ähnliche Beiträge

Rezensionen: Loubière, Vincent, Lehtolainen, Lorfrais

Thomas Bauduret bespricht „Black coffee“ von Sophie Loubière sowie „Beso de la muerte“ von Gilles Vincent, Laurent Greusard hat „Le Lynx“ von Leena Lehtolainen gelesen, und Laura Durand setzt sich mit „Miroirs“ von Maxime Lorfrais auseinander.

Rezensionen: Dulle Griets, John Burdett

Es gibt neue Rezensionen bei k-libre: Dulle Griets „Les fênetres murmurent“ wurde gelesen und rezensiert von Laurent Greusard; Thomas Bauduret bespricht „Le Pic du vautour“, den neue Polizeiroman von John Burdett.

Rezensionen: Pelecanos, Deambrosis

Neue Rezensionen bei k-libre: Rezensent Julien Védrenne hat „Une balade dans la nuit“ von George P. Pelecanos gelesen und Laurent Greusard bespricht Mercedes Deambrosis neues Werk „Le Dernier des treize“.

Rezension: Gilles Schlesser: „La mort n’a pas d’amis“

Le surréalisme s’est voulu une révolution, et s’est rêvé violent, mais dans l’ensemble ça n’a été que révolutionnaires de salon, et dictateurs d’arrière-salles de café. Le titre de ce nouveau roman de Gilles Schlesser fait référence „Au rendez-vous des amis“.

Rezensionen: Marty, Guttridge

Neue Rezensionen bei k-libre: Laurent Greusard bespricht Éric Martys „Le Coeur de la jeune Chinoise“, und Peter Guttridges „Le Dernier Roi de Brighton“ wird von Julien Védrenne rezensiert.

Rezensionen: Elizabeth George, Serge Radochévitch

Neue Rezensionen bei k-libre: Fabien Maurice hat „Saratoga Woods“ von Elizabeth George gelesen, und Laurent Greusard hat sich „Mortels Desseins“ von Serge Radochévitch genauer angesehen.

Rezensionen: Reaves, SaFranko, Landay

Laurent Greusard bespricht „Homicide 69“ von Sam Reaves, Pascal Hérault hat „Travaux forcés“ von Mark SaFranko gelesen, Thomas Bauduret hat sich mit „Défendre Jacob“ von William Landay beschäftigt.

Rezension: Dominique Sylvain: „Vox“

Il est très probable pour un écrivain de romans policiers de croiser la route d’un tueur en série. La question reste toujours la même : comment s’inscrire dans la thématique tout en offrant son propre regard?

Recherche: , , ähnliche Beiträge

Rezension: Dominique Sylvain: „Cobra“

„Cobra“ fait suite à „Vox.“ On aurait pu penser que commençait-là une nouvelle série mais, plus de dix ans après se première parution, aucun troisième volet n’est sorti. Étrange ? Finalement non. Non que la qualité ne soit pas là mais la texture même de l’intrigue …

Rezensionen: Franck Hériot, Donna Leon

Dans „Le Diable d’abord“ de Franck Hériot, un nommée Némesis fait évader un tueur en série digne d’un Michael Myers surnommé Faust. Et dans „Mort en terre étrangère“ de Donna Leon, deux affaires sont confiées à l’éternel commissaire Brunetti.

Rezension: Eoin McNamee: „Orchid blue“

Souvent un roman policier tourne autour d’un crime, de la résolution de cette énigme qui a conduit à la disparition de quelqu’un. Eoin McNamee dans „Orchid blue“ a décidé de varier l’angle d’une façon intelligente.

Rezensionen: Catherine Bessonart, Nicolas Lebel

Neue Rezensionen bei k-libre. Diesmal:  Laurent Greusard bespricht „Et si Notre-Dame la nuit …“ von Catherine Bessonart, und Thomas Bauduret hat „L’Heure des fous“ von Nicolas Lebel gelesen.

Rezension: Michael Gruber: „L’Énigme Velásquez“

Raconté à la première personne, mélangeant les périodes et les informations, „L’Énigme Velásquez“ se bouscule en tous sens, se perd dans un méandre avant de revenir à l’intrigue principale.

Recherche: , , ähnliche Beiträge

Rezension: Ken Bruen: „Le Démon“

La littérature policière – le roman noir -, c’est la confrontation avec le mal, voire le Mal, et Ken Bruen avec „Le Démon“ a décidé d’aller jusqu’au bout de la logique. Son privé, Jack Taylor, a un rapport étrange avec le monde.

Recherche: , , ähnliche Beiträge

Rezension: Amanda Lind: „Francy, le testament“

Dans „Francy, le testament,“ l’intrigue concoctée par Amanda Lind est centrée sur Francy, marraine de la mafia de Stockholm, qui doit conjuguer son nouveau compagnon, un ancien amoureux exilé, une fille délurée et un cancer du sein qui l’affaiblit.

Recherche: , , ähnliche Beiträge

Rezension: Peter Spiegelman: „À qui se fier“

Il est parfois possible d’être un voleur attifé d’un escroc, mais de conserver une morale. C’est sans doute ce que pense Declan qui s’est lancé dans son opération Robin des bois à lui. Mais Declan est mort à l’occasion de sa dernière opération – un flop total.

Rezensionen: Philippe Ward & Sylvie Miller, Jean-Baptiste Harang

Avec „Lasser“ de Philippe Ward & Sylvie Miller on pourrait croire à un roman classique: un détective privé, Lasser, toujours fauché, tombe amoureux de sa cliente. „Bordeaux-Vintimille“ de Jean-Baptiste Harang est un roman qui est tout à fait dans l’air du temps.

Rezension: Tania Carver: „Choquée“

Tania Carver – pseudonyme d’un couple d’écrivains – a d’autres objectifs: elle aime la surenchère. Elle accumule des personnages plus que perturbés qui montent des plans d’une complexité folle.